En 2018, l’UNESCO reconnaissait les savoir-faire en parfumerie comme patrimoine immatériel de l’humanité.

Nous avions suivi les acteurs de ce dossier dans ce reportage (article plus haut)

Cinq ans plus tard, c’est l’heure du bilan et des perspectives avec Jean-Pierre Leleux, ancien maire et sénateur au micro du podcast La Voix du Parfum

https://www.dunmotalautre.com/voix-du-parfum/

“Les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse recouvrent trois aspects différents :

  • la culture de la plante à parfum ;
  • la connaissance des matières premières et leur transformation ;
  • et l’art de composer le parfum.

La pratique réunit de multiples groupes et communautés au sein de l’Association du patrimoine vivant du Pays de Grasse.

Pratiquées depuis au moins le XVIe siècle, la culture des plantes à parfum et leur transformation ainsi que la création d’assemblages odorants se sont développées en Pays de Grasse dans un environnement artisanal longtemps dominé par la tannerie.

La culture des plantes à parfum mobilise de multiples compétences et connaissances liées à la nature, aux sols, au climat, à la biologie, à la physiologie végétale et aux pratiques horticoles, ainsi qu’à des techniques spécifiques telles que les méthodes d’extraction et de distillation hydraulique. Les habitants de Grasse se sont approprié ces techniques et ont contribué à les perfectionner.

Outre les compétences techniques, l’art fait également appel à l’imagination, la mémoire et la créativité. Le parfum tisse des liens sociaux et constitue une importante source de travail saisonnier. Les connaissances associées sont essentiellement transmises de façon informelle à travers un long apprentissage qui se déroule encore principalement au sein des parfumeries. Toutefois, au cours des dernières décennies, la normalisation de l’apprentissage s’est développée avec des enseignements formalisés.” (Source Unesco)

https://www.youtube.com/watch?v=f38p6UHK3L8